En Russie, Yandex donne des leçons à Google En Russie, Yandex donne des leçons à Google

En Russie, Yandex donne des leçons à Google

par ,
le 11 avril 2014

0
0

Connaissez-vous Yandex ? Vous devriez, en tout cas si vous vous intéressez à la Russie ! Ici, Yandex est le moteur de recherche le plus utilisé, largement devant Google. Environ 62% des internautes de la région l’utilisent en priorité pour leurs recherches, contre seulement 26% sur Google.ru.

Google est maintenant associé systématiquement à l’idée d’un moteur de recherche incontournable, hégémonique, dans une majorité de pays. Mais ce n’est pas le cas partout… en Russie par exemple, le géant américain se fait damer le pion par Yandex, une compagnie russe créée en 1997, et qui accapare les utilisateurs russophones.

Yandex est une exception nationale russe, dont le succès s’explique d’abord par sa capacité à prendre en compte les raffinements de la langue russe. Et ce talent s’explique par l’historique de la société. En septembre 1997, Yandex.ru est lancé par CompTek, dirigée par Arkady Volozh et Ilya Segalovitch, qui dirigent Yandex aujourd’hui. Dès la fin des années 80, ils avaient accumulé une grande expérience dans les technologies d’indexage des données, qui leur servent encore aujourd’hui.  Ils sont capables de comprendre les particularités de la langue russe, ce qui en fera un véritable atout pour Yandex. En effet, en dépit des nombreuses langues qui parcourent le CIS (Commonwealth of Independent States), le russe reste prédominant dans l’utilisation du web. Or Yandex est plus précis et offre davantage de déclinaisons linguistiques à ses utilisateurs, qui apprécient l’intuitivité du moteur de recherche.

Mais Yandex possède d’autres atouts : la compagnie a développé des solutions de géolocalisation extrêmement efficaces. Tous les internautes du monde aiment la géolocalisation, mais sur un territoire vaste comme la Russie, ce service a une utilité décuplée ! Dès 2005, Yandex lance un programme de développement pour traverser les frontières, et s’étendre vers d’autres pays russophones. En Ukraine, au Kazakhstan ou en Biélorussie, Yandex a ouvert des bureaux et développe des moteurs de recherches localisées. D’autres bureaux ont suivi, comme la Turquie mais également la Suisse ou les US.

D’autres éléments viennent conforter Yandex dans sa position de leader. Sa nationalité, tout d’abord. Dans un pays où le taux de pénétration d’internet reste très contrasté (70% dans les grandes villes, mais beaucoup moins hors des capitales), Yandex propose aux internautes un moteur de recherche russe qui parle leur langue, et comprend leurs habitudes. Le ROPO, dont les marketeurs parlent beaucoup, atteint ici des proportions bien plus importantes qu’en Occident. Environ 56% des internautes russes effectuent d’abord une recherche online, avant de se rendre en magasin pour effectuer un achat.

On peut légitimement se demander quand le géant russe arrivera en France ? Pas tout de suite… un challenger de Google se révèlera peut-être parmi les start up de l’hexagone. En attendant, il existe un Yandex.com, petite fenêtre sur l’Occident de la star des moteurs russes !

mots-clés :

, , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos commentaires (0)

Les start-ups françaises ont bien du mal à faire émerger un concurrent solide au géant Google. Alors l’arrivée de Yandex pourrait peut-être faire changer les choses dans l’hexagone, qui sait…

0
0

En Russie, Yandex donne des leçons à Google