@UXLX : la navigation à facettes, par Jim Kalbach @UXLX : la navigation à facettes, par Jim Kalbach

@UXLX : la navigation à facettes, par Jim Kalbach

par ,
le 19 juin 2014

0
0

Longtemps j’ai assimilé filtres et facettes. Je pensais que tous deux désignaient ces « filtres » avec lesquels les utilisateurs d’un site e-commerce « jouent » sur la page liste. Depuis que j’ai assisté à la conférence de Jim Kalbach (@JimKalbach) à UXLX, il y a deux semaines, j’ai enfin fait la lumière sur ce mystère.

Commençons par le commencement en définissant ce que sont ces fameuses facettes.  Les facettes sont les catégories qui incarnent les propriétés d’un objet. Chaque catégorie comporte plusieurs valeurs décrivant cet objet.

Prenons l’exemple du vin. Parmi les catégories le caractérisant, vous trouverez sa région de production, son appellation, son producteur, son millésime, son prix, la contenance de la bouteille, ses éventuelles médailles, son éventuelle notation dans un guide… Soit autant de facettes du vin ! Ces facettes peuvent être de 5 types :

  • liste (ex : toutes les appellations)
  • binaire (ex : vin bio vs vin non bio)
  • continu (ex : les prix des vins)
  • échelle (ex : les notations des acheteurs de vin : les 1*, 2*, 3*, 4* et 5*)
  • hiérarchie (lorsqu’existe une relation parent / enfant entre des valeurs, par ex : dans les vins français, les vins de Bordeaux, de Loire, de Bourgogne…)

Très bien, me direz-vous, mais à quoi servent ces fameuses facettes ?
Les facettes sont semblables à des briques LEGO que l’on peut assembler les unes les autres. Elles offrent des possibilités de combinaisons infinies (ou presque). Elles permettent ainsi d’appréhender un sujet ou de trouver un produit (pour revenir à une problématique concrète de notre quotidien) sous différents angles. Chaque individu ayant des besoins et attentes différents, l’intérêt de proposer aux utilisateurs d’un site e-commerce une navigation à facettes devient alors évident.

Comment utiliser ces facettes sur un site e-commerce ?

  1. Commencez par lister toutes les facettes caractérisant vos produits. Idéalement ce travail se fait en équipe pour obtenir le plus de réponses possibles.
  2. Sélectionnez ensuite les 6 ou 7 facettes (environ) qui, au regard de la connaissance que vous avez de votre cible tout en tenant compte de votre positionnement, sont les plus intéressantes.
  3. Ensuite, vous allez déterminer l’ordre dans lequel ces facettes seront le plus souvent utilisées. Mettez-vous à la place de vos utilisateurs : lorsqu’ils arrivent sur votre site, quel(s) critère(s) vont-ils rechercher dans premier temps (temps 1 appelé « opening game ») ? Quels critères vont-ils ensuite chercher en second, voire en troisième temps (temps 2 et 3 appelés « middle game » et « end game ») ?

Pour vous aider dans votre réflexion sur vos facettes, vous pouvez vous appuyer sur le template ci-après donné par Kim Kalbach. Ce template vise à recenser vos 6 / 7 facettes principales (à gauche), puis à les relier aux 3 temps dans l’ordre duquel vos visiteurs les utiliseront le plus couramment (à droite).

template de Kim Kalbach
template de Kim Kalbach

Vos facettes « d’opening game » constitueront vraisemblablement les différents items de votre barre de navigation. Les facettes « middle game » correspondront sans doute à vos filtres en page liste, et les facettes « end game » vos filtres secondaires en page liste ou encore les attributs de produit sur la page produit (conditionnement, taille, couleur…).

Les facettes sont donc d’un intérêt « supérieur » aux filtres d’une page liste de produits. Ces derniers ne sont qu’une matérialisation de facettes. Les items de la barre de navigation sont un exemple type d’une autre matérialisation des facettes.

Pour aller plus loin, le support de présentation de cette conférence est disponible sur SlideShare et visible ci-dessous.

mots-clés :

, , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0

@UXLX : la navigation à facettes, par Jim Kalbach