Il était une fois… Le studio au OFFF2016 de Barcelone Il était une fois… Le studio au OFFF2016 de Barcelone

Il était une fois… Le studio au OFFF2016 de Barcelone

par ,
le 8 juin 2016

0
0

Cette année tout commença par un « braquage » qui assigna à résidence notre cher et tendre Nico. Nous fûmes d’abord envahis par un sentiment de tristesse et de panique puis la raison reprit le dessus : sans manager notre voyage allait se résumer à la fiesta y la siesta por favor !

OFFF 2016

Nous avons donc entamé notre périple par une après midi playa, juste pour se remettre des émotions de la veille. Certains sont ensuite partis visiter las Ramblas et d’autres ont préféré se faire arnaquer par les vendeurs de plage ambulants : « Mojito, pareo, massage, marijuana, cerveza… » Chacun a pu y trouver son bonheur. Il ne nous a pas fallu bien longtemps pour nous adapter aux coutumes du pays, l’orgie de Tapas et de Sangria a donc commencé aux alentours de 22h chez La Pépita, murs tagués par les clients, tapas gastronomiques et prix imbattables ! Au menu : Carpaccio con foie gras, patatas bravas, Pulpo mojo picon… DELICIOSO !

OFFF 2016

Le lendemain nous avons un peu regretté la sangria de la vielle mais le OFFF avait tout prévu pour nous. Nous avons donc pu travailler, oui oui travailler, au soleil, en sirotant de l’eau d’abord et en découvrant des artistes venus des quatre coins du monde, voici nos coups de cœurs

Le coup de cœur de Sarah : DANNY SANGRA

Moi, un mec qui commence sa présentation avec ça :

WTF

m’émeut dès la première seconde ! Non mais vraiment, les intervenants qui m’ont le plus impressionnés sont ceux qui nous ont raconté une histoire sincère, Danny Sangra en fait partie. Artiste Londonien multi disciplinaire, il a commencé sa carrière en tant qu’illustrateur et designer. Il se met très rapidement à la réalisation de courts métrages. Au début, du homemade plutôt low cost mais il se fait vite repérer grâce à « Vimeo, staff pick » et commence à bosser pour de gros oiseaux : Balenciaga, Mercedes …

nobody

Son style : Humour anglais bien grinçant. Son taf : Découvrez-le sur son site.

Le coup de cœur de Flo: Fizah Rahim & Rezaliando aka Machineast

Basé à Singapour le studio Machineast est composé du duo Fizah Rahim &  Rezaliando, tous deux spécialisés dans la direction artistique.

A la recherche d’une esthétique particulière avec un niveau de détails impressionnant, leurs travaux de Branding, s’articulent autour d’un design graphique coloré combinant illustration, typographies, motion et 3D. Principalement spécialisée dans la réalisation de showreels en début de carrière, Fizah nous explique comment ils ont réussi à renouveler leur style à l’aide de projets personnels.

« Personal work invites opportunities. So post work that you love to do »

heineken

En réalisant sa série Rainbow Paper, hommage aux effets holographiques et couleurs des années 80 de son enfance, Fizah était loin de s’imaginer que son « baby » comme elle aime l’appeler, allait attirer la convoitise de quelques grosses pointures…
Rainbow

De son coté Rezaliando participait au projet « 36 Days of Type » concept invitant designers des quatre coins du monde à créer/interpréter une lettre de l’alphabet par jour. Résultat des courses, après quelques publications online et offline, le studio a été contacté pour collaborer avec de jolies marques telles que Heineken & Nike.

En somme une très belle histoire pour ce talentueux et touchant binôme du Sud-Est asiatique.

Partez à la découverte de leur travail.

Le coup de cœur de Caroline : Carla Cascales

« Poésie », c’est le mot que j’emploierais pour qualifier l’œuvre de Carla Cascales. Illustratrice et designer indépendante à Barcelone.

Carla Cascales

Ce qui m’a séduit dans son travail, c’est ce style épuré qu’elle entretient en s’inspirant essentiellement de la nature : ses formes végétales, organiques, ses textures et couleurs…
Jardins de plantes, fleurs, pierres, paysages naturels etc font partie de son réservoir d’inspiration dans lequel elle puise tant pour ses illustrations personnelles que pour des projets variés. Design éditorial, branding ou encore packaging sont des domaines dans lesquels elle s’exerce. Ses traités graphiques sont diversifiés, allant de l’illustration très délicate à des aplats plus marqués et texturés. De tous ses projets ressort une impression de pureté qui reflète une belle sensibilité de l’artiste, j’ai adoré !

Apadrina un Olivo, un projet d’illustration et de packaging illustre bien l’esprit poétique de Carla Cascales. Pour habiller des bouteilles d’huile d’olive offertes aux personnes supportant une organisation écologique, elle s’est inspirée simplement de la texture des troncs des oliviers. L’illustration est ensuite imprimée en relief et sert d’étiquette autour de la bouteille. Ainsi en la tenant, c’est la texture du bois qu’on ressent au toucher. Un projet tout en finesse, comme beaucoup d’autres de Carla Cascales, à découvrir sur son site ou son compte instagram.

Carla Cascales

Le coup de cœur de Laura : M.Bingo

Pour la petite histoire, ses amis l’ont nommé “M.Bingo” après avoir gagné une certaine somme d’argent dans un club de bingo de Maidstone.

Sur une présentation dynamique et pleine d’humour, nous avons pu découvrir l’univers de cet illustrateur londonien. Ses créations sont souvent considérées comme abusives, mais nous dirons plutôt qu’il a redéfini les codes du métier d’illustrateur.

M Bingo

Pour cette édition du OFFF, il entame sa présentation en se moquant des petits mots inscrits au dos des cartes postales, le cliché du “Salut, il fait beau, il fait chaud. Bisous”, sur un air désabusé. Il nous raconte qu’un jour, suite à ce constat affligeant, il posta un message sur twitter “I will send a postcard with an offensive message to the first person who replies to this”. C’est ainsi que naquit son projet “Hate Mail”, basé sur le principe d’envoyer à de parfait étrangers, des cartes postales illustrées à caractère désagréable (mais vraiment très amusantes!). Le plus drôle dans tout ça, c’est que les internautes se sont mis à payer pour recevoir une carte postale abusive personnalisée.

“Hate mail” a eu tellement de succès sur Kickstarter, qu’il a pu financer une exposition de certaines de ses illustrations, un clip de rap aux paroles hilarantes, et bien sûr, un livre d’art qui compile les illustrations sur carte postale. Cet artiste mélange différents médias tels que le papier, la vidéo, la musique et même les réseaux sociaux! Que nous prévoit-il pour la suite? Pour l’instant, l’artiste affirme vouloir profiter de ses vacances, des vacances bien méritées ! #arrogance

Le coup de cœur de Yohann : SIGNALNOISE (James White)

Les Maîtres de l’Univers, Sylvester Stallone, la SuperNes, Outrun les super-héros, les couleurs flashys, les effets néon, chrome et dégradés, bref, toute l’imagerie et les codes (un peu geek) des années 80, ça vous parle ? En tous cas,  James White, l’illustrateur canado-américain qui se cache derrière ce pseudo, à lui ça lui parle vachement et ça lui a toujours parlé, depuis son plus jeune âge. (Et à moi aussi au passage)

signalnoise

C’est ce qu’il nous explique lors de sa conférence. Il retrace, avec humour, les grandes lignes de sa vie, en insistant sur son enfance, et ça nous aide à mieux comprendre sa patte si identifiable. On est même touché lorsqu’on apprend qu’il a retrouvé ses propres dessins d’enfant, lorsqu’il avait 8 ans, et qu’il les retravaille avec sa patte d’aujourd’hui sous forme d’une série de personnages . Ses travaux, pas toujours commissionnés, vont donc de l’illu perso, aux affiches de films, en passant par des covers de comics, avec toujours cette touche néon, flashy, chrome…
Bref, la boucle est bouclée.

signalnoise

Plus que la forme, c’est le fond de son message que James White voulait nous faire passer et qu’on retient au final : qu’est-ce qui nous a donné envie de faire ce métier ? Et qu’est-ce qui nous a influencé, étant plus jeune, et qui nous influence encore aujourd’hui dans notre métier ? Pour en savoir un peu plus, mettez vos RayBan Aviator et checkez son site.

Le coup de cœur d’Aurélie : Johnny Cupcakes ( Johnny Earle)

Son prénom: Johnny Earle aka Johnny Cupcakes !

Son parcours: à 16 ans il avait déjà créé 16 entreprises !
(Mention spéciale pour l’entreprise d’écharpes en polaire)

Il crée ensuite un groupe de métal « On Broken Wings » tout en travaillant dans une boutique de disques où ses collègues lui donnaient des surnoms plus improbables les uns que les autres dont le fameux Johnny Cupcakes, la marque est lancée !

Johnny Cupcakes

Le style Johnny Cupcakes, c’est quoi ?
Des créations hautes en couleurs, funs, dynamiques & rock n’roll !
Son offre est large ! Création de T-shirts, casquettes, porte-clés, livres, jouets et même rouleau à pâtisserie…tout y passe ! 10 ans plus tard, Johnny Cupcakes c’est plusieurs millions de T-shirts vendus & des fans partout dans le monde arborant le fameux T-shirt Johnny Cupcakes ! Surfant sur le succès, il ouvre en 2004 une première boutique, puis une deuxième, puis une troisième ! Plus rien n’arrête Johnny Cupakes !

Johnny_Cupcakes_3

Il collabore avec les plus grands et les plus farfelus à l’image de son univers déjanté & Rock n’roll ! Les Simpsons, Linkin Park, Bonjour Kitty, Warner Bros. Coachella….

Johnny Cupcakes

Pour jeter un œil à ses projets c’est par ici.

Notre coup de cœur global :

Il était aux environs de 21h quand le duo Joshua Davis / Kiran Gandhi a enflammé la salle Roots avec un live de 40 min (une première depuis la création du festival).

Une performance visuelle et sonore explosive : à la batterie, Kiran Gandhi, nous jouait les morceaux de son prochain album pendant que l’artiste New Yorkais Joshua Davis projetait des animations sur les écrans géants grâce à son procédé de Real Time Audio Reactive.

Sous un air de concert, inutile de préciser que le show a fait l’unanimité !

Petit aperçu.

On aurait pu aussi vous parler de :

• Sid Lee qui a lancé son « Sid Lee Collective », dont la baseline est «Proudly casting money since 1993 » et qui encourage la créativité de ses collaborateurs (en aidant à monter des expos, réaliser des court-métrages…) sans aucun objectif de business.
• Dan Mumford dont les illustrations et les traits ultra détaillés, et l’univers « film d’horreur », sont bien en accord avec l’univers des groupes avec qui il travaille (Gallows <3)
• Non Format et leurs typos pas très lisibles (selon eux), qui utilisent les mots, et les lettres comme une illustration plutôt que de textes à proprement parler.
• Hey Studio et leurs boulots colorés et pleins de fraîcheur
• Carl Sprague et sa modestie à la hauteur de ses réalisations
• Aardman Animations qui a tout de même conçu et réalisé un court métrage d’animation et des goodies spécialement pour le OFFF !!

Bref, une édition 2016 du OFFF riche, intéressante et fraîche !

OFFF3

Sarah Deniau, Caroline Guillemant, Yohann Lavisse, Aurélie Dauge, Laura Castillazuelo & Florian Girault, nos membres du studio.

mots-clés :

, , , ,

, , , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0

Il était une fois… Le studio au OFFF2016 de Barcelone