Corriger le taux de rebond Google Analytics

Corriger le taux de rebond Google Analytics

par ,
le 3 août 2011

0
0

Le taux de rebond est calculé par Google Analytics comme étant le nombre de visites n’ayant effectué qu’une seule interaction divisé par le nombre de total de visites pendant la période. Ce calcul, très simple, permet d’avoir un taux qu’on peut interpréter (en faisant tout de même quelques raccourcis) comme étant le taux de visites « utiles » d’un site internet.

Ce taux peut être calculé sur l’ensemble du site mais également page par page. L’intérêt est alors de voir quelles pages ou mieux quelle combinaison de sources de trafic et de pages génère le taux de rebond le plus problématique.

On prendra soin de segmenter les sources de trafic pourvoir quelles sources, ou quelle campagne ou mot clé adwords génère un taux de rebond particulièrement élevé et prendre les mesures qui s’imposent. Ces mesures peuvent aller de l’exclusion du mot clé à l’optimisation de la landing page. Un taux de rebond élevé n’indique en effet pas forcément un mauvais mot clé mais peut être une association mot clé (chaussures jaunes) et landing page (page d’accueil) non optimale.

Si l’intérêt de cet indicateur en e-commerce n’est plus à démontrer, son utilisation dans le monde du média ou des blog est plus problématique.

En effet, si un internaute arrive sur mon site pile sur la page correspondant à l’article visé par sa recherche, qu’il passe 5 ou 6 minutes à le lire puis quitte le site, je n’aurais pas plus d’information que s’il avait cliqué sur le lien puis fermé la fenêtre, quittant alors mon site instantanément.

Pour ce genre de page de contenu, il serait bienvenu d’utiliser une autre définition du taux de rebond qui pourrait par exemple devenir : « le nombre de visites de plus de 30 secondes ou ayant effectué une interaction sur le nombre de visites  totales« .

On estimera alors que si un internaute passe plus de 30 secondes sur le site, ou s’il  effectue une action (changer de page, interagir avec un élément de la page), il ne sera plus considéré en rebond.

Google Analytics considère les évènements  comme des interactions. Le fait de déclencher un évènement sur le site permet donc de changer l’état de rebond  de la visite d’un internaute ! C’est exactement ce que nous allons faire. En insérant ce morceau de code en entête de chacune de vos pages, nous allons déclencher un évènement au bout d’un temps configurable permettant de corriger le taux de rebond.

setTimeout(function(){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce 30s »]);},30000);

Sur chacune des pages du site, un évènement sera déclenché au bout de 30 secondes.

Dans l’analyse vous pourrez alors même aller plus loin ! Vous pourrez alors compter le nombre de pages dont la lecture a dépassé les 30 secondes.

Vous pouvez effectuer des tests afin de définir la meilleur valeur de temps. Pour ce faire, il vous suffira de dupliquer cette ligne en changeant les paramètres :

setTimeout(function(){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce 15s »]);},15000);

setTimeout(function(){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce 30s »]);},30000);

setTimeout(function(){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce 45s »]);},45000);

Vous pourrez alors compter le nombre de ces évènements sur les landing page pour définir quelle est la valeur que vous souhaitez retenir comme étant celle permettant de mesurer correctement votre taux de rebond. La valeur de 30 secondes fonctionne généralement assez bien.

Un bémol toutefois : Cet évènement se déclenche  30 secondes après l’ouverture de la page. Ceci n’implique pas forcément que l’internaute a passé les 30 secondes de cet intervalle à lire la page, il a très bien pu l’ouvrir en onglet puis le fermer au bout d’une minute sans même avoir vu à quoi ressemblait la page… C’est cependant une approximation qui reste acceptable.

Je vous proposerai bientôt un outil permettant d’aller plus loin dans le calcul du temps  passé sur le site, sur les pages… stay tuned !

mots-clés :

, ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos commentaires (0)

Merci pour cet article. Si le site est composite, ex un site eCommerce avec un onglet blog ou un site media avec une section emploi, peut-on et doit-on différencier les temps ?

Bonjour,
Je me pose la question de savoir s’il est intéressant d’appliquer cette variable sur un site e-commerce. Est-ce le temps passé ou l’accès à une fiche produit qui peut être considérée comme une visite « qualifiée » ?

Effectivement, c’est simple à mettre en pratique. Comme le dit la conclusion, les résultats peuvent être « faussés » mais on aura globalement une meilleure idée de la qualification des visites. Bien vu!

Bonjour Benjamin, Iwan,
En effet, il est tout à fait possible de n’ajouter ce code que sur les pages pour lesquelles on souhaite redresser le taux de rebond.
Quand à savoir s’il est pertinent de le mettre partout, ça dépend de beaucoup de facteurs. Par exemple si vous avez une campagne marketing sous forme de site-under, vous souhaiterez probablement ne pas corriger le temps de rebond sur cette page étant donné qu’elle sera ouverte en arrière plan et que le compteur sera tout de même lancé.
Sur un site e-commerce, on peut également imaginer déclencher cet évènement selon un timing différent en fonction du type de page. Peut-être que 30 secondes passées sur une page de contenu permettent de conclure à sa lecture, alors que ce timing serait différent sur une fiche produit. En déclenchant des évènements avec différents timers (à 10,20,30,40 et 50s par exemple), vous pourrez voir à quel moment le décroché a lieu et peut être utiliser ce timer comme votre indicateur de suivi.

Un point important à noter est que le taux de rebond, même corrigé comme c’est le cas ici, n’a que peu d’intérêt en soi. Tout l’intérêt est de pouvoir suivre son évolution et de pouvoir segmenter selon les sources par exemple pour en déduire des actions à mettre en place.

Merci pour cet article,

Petite question :

Est ce que l’action de fermeture du navigateur lors d’une visite en cours clôture la visite par défaut sur GA ?

C’est à dire lorsque je ferme mon onglet ou mon navigateur, GA stoppe t il le compteur de temps passé et clôt il ma visite ? Si c’est le cas, ca voudrait dire que si je ré-ouvre la page sur mon navigateur 5 min après, GA compte une nouvelle visite.

Merci pour cette précision,

Petite remarque par rapport à l’utilisation du taux de rebond sur une page:

Si on reprend la définition mathématique du taux de rebond sur une page , on obtient :
bounce rate = nombre de visites à une page (ou à une interaction) / nombre de visites totales.

Or dans le cadre de mesure de performance de landings pages dédiées à des campagnes marketings, cette façon de calculer le taux de rebond peut être biaisé.

Pourquoi ? car le taux de rebond d’une page se calcule par défaut sur le nombre de « visites totales » de cette page. Or ce qui nous intéresse, ce sont les internautes qui « entrent » sur le site par cette page.

Or dans une problématique de landings pages, il serait préférable, (à mon humble avis) de se baser sur des « visites entrantes » (cad des visites qui commencent par cette landing page) au lieu d’englober toutes les visites de la page.

Cela permettrait de répondre à la question :
Quel est le % d’internautes qui quittent ma landing page directement après avoir consulté cette page ?

On pourrait parler de taux de rebond « entrant ».

Si une landing page n’est consultable qu’à partir d’une campagne marketing ciblé, le taux de rebond devrait être équivalent au taux de rebond entrant

Une nouvelle sessions sous Google Analytics est actuellement déclenchée lors de plusieurs évènements :
– Une page vue après plus de 30 minutes d’inactivité
– Une page vue après la fermeture du navigateur
– La première page vue après minuit

La fermeture d’un onglet n’implique pas la création d’une nouvelle session. C’est bien le navigateur qu’il faut fermer pour cela.
Si une nouvelle session est commencée, la dernière page de la session précédente aura en effet un temps de 0s.
Si vous affichez donc une page, que vous fermez votre navigateur puis le relancer en allant sur la même page, la première session sera en rebond et durera 0s.

Note : J’insiste sur le « actuellement » de la première phrase, le fonctionnement des sessions est en cours de réflexion chez Google, je pourrai très bientôt vous en dire plus sur le nouveau fonctionnement adopté.

Très bon article. Une approche moins technique se situant plutôt du côté de l’analyse permet d’interpréter le taux de rebond pour un site, taux dont la signification peut varier selon le contexte (voir un ancien post de ma part: http://bit.ly/nvEZ2o). Mais nul doute que les implémentations que vous proposez soient très utiles !

J’ai pour ma part toujours trouvé que la définition d’Avinash Kaushik était trop simpliste ; le taux de rebond n’est pas *nécessairement* un indicateur de rejet. Souvent oui, mais pas toujours ; en tant qu’analystes, soyons subtils !

Perso, j’utilise habituellement un événement « scroll » pour déclencher une interaction afin de réduire le taux de rebond.

Bien sûr, ça dépend de la page, mais lorsque le contenu déborde d’une vue d’écran, je pense que c’est un bon indicateur d’intérêt. En effet, peu importe le temps, quand on fait défiler la page, c’est qu’on est intéressé au contenu ou du moins, à trouver une réponse.

On pourrait traduire ta commande par ceci:

window.onscroll = function(){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce scroll »]);}

Ou en JQuery:

$(window).scroll(function(){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce scroll »]);});

Excellente idée Stéphane !
Je me permet d’ailleurs d’apporter une légère modification pour ceux qui souhaiteraient utiliser votre fonction directement :
var rebound=0;
window.onscroll = function(){if(!rebound){_gaq.push([« _trackEvent », « nobounce », »nobounce scroll »]);rebound=1}}
Ainsi l’évènement ne sera déclenché qu’une seule fois par page.

En effet Jacques, le choix doit alors être fait entre analyser différemment le taux de rebond des pages (une page servant un contenu très adapté peut avoir un taux de rebond élevé : elle se suffit à elle seule) et corriger ce taux de rebond pour lui donner un sens sur l’ensemble du site. La seconde méthode a le mérite d’être plus homogène et donc plus simple à analyser, la première étant plus précise, ne souffrant pas des limitations précédemment discutées, mais nécessitant une réflexion supplémentaire et une connaissance plus poussée de chacune des pages.

0
0

Corriger le taux de rebond Google Analytics