La livraison de repas à domicile: de la poule aux oeufs d’or à la clé sous la porte La livraison de repas à domicile: de la poule aux oeufs d’or à la clé sous la porte

La livraison de repas à domicile: de la poule aux oeufs d’or à la clé sous la porte

par ,
le 3 août 2016

0
0

Il y a quelques jours, Take Eat Easy, la startup belge aux sacs à dos réfrigérés verts, a annoncé avoir été placée en redressement judiciaire. La raison ? Le manque de rentabilité.

« En une année, nous avons connu une croissance mensuelle de plus de 30 %, franchi le cap du million de commandes, accru notre portfolio de restaurants partenaires de 450 à 3 200 et notre base de clients de 30 000 à 350 000, et malgré ça, nous sommes aujourd’hui en redressement judiciaire », a annoncé Chloé Roose, cofondatrice de l’enseigne.

Take Eat Easy
Source: TakeEatEasy.fr

La livraison de repas à domicile: une croissance trop rapide ?

Avec le développement d’internet et des smartphones notamment, les utilisateurs ont désormais accès en permanence à des milliers de fonctionnalités dont ils ont plus ou moins besoin mais qui leur semblent aujourd’hui indispensables:

  • Louer l’appart’ d’un Thaïlandais le temps d’un week-end ? Oui, c’est possible.
  • Informer ses amis de ses moindres faits et gestes en temps réel ? Oui, c’est possible.
  • Croiser la route d’un Pokémon dans la rue ? Oui, ça aussi c’est possible.
  • Avoir accès à l’intégralité du menu de son Italien préféré depuis son canapé ? Oui, c’est possible.

La tendance est arrivée tout droit des États-Unis et elle a rapidement pris de l’ampleur en France et en Europe. L’idée était en effet prometteuse: les clients n’avaient plus besoin de cuisiner ou de sortir de chez eux pour accéder à des plats divers, de qualité et à tous les prix.

Plusieurs difficultés se sont cependant présentées. Dans un premier temps, les restaurateurs hésitaient à se lancer. En effet, ils avaient peur de voir baisser la fréquentation dans leur restaurant mais étaient surtout réticents à verser les 30% de commissions imposés sur chaque commande par les sites de livraison. Dans un second temps, comme évoqué plus tôt, la concurrence s’est rapidement développée ce qui a eu des répercussions sur les parts de marché de chacun des acteurs et par conséquent, sur le montant des commissions et leur chiffre d’affaires. Malgré cela, on a vu plusieurs acteurs arriver sur ce marché instable: Deliveroo, Foodora, UberEats …

Un service directement issu de l’uberisation

L’uberisation c’est le développement de services de mise en relation de professionnels et de particuliers via un site internet et/ou une application. Ce terme est apparu avec l’arrivée d’Uber, qui propose à ses clients des trajets en voiture de tourisme avec un chauffeur privé. Depuis, ce sont presque tous les secteurs d’activité qui ont été touchés par le phénomène: l’hôtellerie (AirBnb), le bâtiment (Mesdepanneurs.com), la santé (Keldoc.com), les services à la personne…

Ces nouveaux business models, qui bouleversent complétement le fonctionnement-même de l’économie, sont cependant largement contestés puisqu’ils entrent en concurrence directe avec certains corps de métiers. Ce fut le cas, par exemple, avec les chauffeurs de taxis entrés en guerre contre Uber.

Malgré cela, nombreux sont ceux qui ont voulu tirer profit des avantages liés à l’uberisation. Des centaines de startups se sont développées, levant plusieurs millions d’euros de fonds. Malheureusement, bien qu’ayant connu une croissance extrêmement rapide ces deux dernières années, il semblerait que certains ce soient « perdus en chemin ». Statut remis en cause, coûts fixes élevés, problèmes logistiques, scandales, conflits, concurrence … autant de facteurs qui remettent en question leur avenir.

Avec le placement en redressement judiciaire de Take Eat Easy, on commence à entrevoir des limites à ces business models. Qu’adviendra-t-il donc de ces entreprises d’un nouveau genre ? Vont-ils réussir là où Take Eat Easy a échoué ou sont-ils condamnés à connaître le même sort ? La question reste entière.

mots-clés :

, , , ,

, , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0

La livraison de repas à domicile: de la poule aux oeufs d’or à la clé sous la porte