La Blockchain au service de l’e-commerce La Blockchain au service de l’e-commerce

La Blockchain au service de l’e-commerce

par ,
le 17 mai 2018

0
0

Avec une visibilité accrue gagnée en quelques mois par l’emballement des crypto-monnaies, la Blockchain et ses bénéfices ont percé au grand jour et aux yeux de tous. Considérée comme le Saint Graal pour remédier à certains problèmes dans notre monde numérique, cette technologie aurait un intérêt tout particulier pour l’e-commerce. Comment ? Tâchons de faire un tour d’horizon pour y répondre !

 Au cœur de la Blockchain

Pour commencer, rappelons ce qu’est brièvement la blockchain pour établir une base solide de ce qui va suivre. Si l’on prend la définition du site BlockchainFrance.net, la Blockchain est « une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle ». Pour expliciter ces propos, la blockchain une base de données qui contient l’historique de l’ensemble des échanges effectués entre les utilisateurs depuis sa création. Ces échanges sont regroupés par blocs, qui sont rattachés entre eux et forment une chaîne, témoignant de l’origine des données. Le lien entre ses blocs sont appelés « nœuds de réseau » et sont validés, sont « scellés », par des techniques qui changent selon le type de Blockchain.

Par extension, la Blockchain est un grand livre de comptabilité : « c’est un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. » – Jean-Paul Delahaye, mathématicien, informaticien, et auteur de nombreux ouvrages sur les liaisons entre ces deux domaines d’expertises.

Une utilisation déjà expérimentée dans le e-commerce

Pour revenir au e-commerce, l’utilisation de la blockchain sur ce marché n’est encore qu’à ses premiers jours d’existence. Certains grands groupes s’y sont intéressés et le retour sur investissement est présent !

Fin mars, Alibaba annonce le lancement de sa première blockchain pour assurer le suivi et la fiabilité de ses produits et lutter ainsi contre les contrefaçons et les arnaques en tous genres sur ses marketplaces. La première annonce, le 24 mars, d’une expérimentation de la blockchain s’était révélée pleine de promesses, le groupe qui cherche à s’exporter à travers le monde doit d’abord veiller à optimiser la fiabilité de ses produits pour espérer conquérir de nouveaux marchés.

Mais Alibaba n’est pas le seul groupe qui fait de l’œil à la Blockchain ! En France le groupe Carrefour a annoncé le 23 janvier une application de la Blockchain sur son offre alimentaire, en commençant par une phase d’expérimentation sur un produit, avant d’annoncer l’application de cette technologie à huit autres de ses filières dans l’année. Au même titre qu’Alibaba, Carrefour veut renforcer la traçabilité de ses produits pour ses consommateurs. Ces derniers n’auront plus qu’à scanner le QR Code apposé sur l’étiquette du produit pour connaître toutes les informations, du début, à la fin de la chaîne.

Les deux géants américains Walmart et Amazon l’ont aussi récemment adopté. Walmart, en collaboration avec IBM l’utilise pour assurer la fiabilité de ses produits, et Amazon, jusqu’ici réticent à l’adoption de cette technologie a finalement annoncé fin avril le lancement d’un service de gabarits de Blockchain au sein de l’AWS pour concurrencer IBM, Huawei et Oracle.

Une optimisation des chaînes d’approvisionnement ? Et c’est tout ?

Pour répondre tout d’abord à la question de cette partie je prends peu de risques en répondant : non … il y a bien plus que ça ! Revenons à l’origine même de la Blockchain : les échanges entre 2 utilisateurs. La première application de la Blockchain au e-commerce pourrait se présenter comme un « Smart Contract ». Un Smart Contract c’est un contrat qui fige les règles définies lors d’un accord, dans une Blockchain et assure le transfert d’un actif lorsque les conditions contractuelles se vérifient. En d’autres mots c’est un contrat auto-exécutant, et complètement sécurisé après la validation des accords.

Pour l’e-commerce cela représente la possibilité d’avoir des transactions fiables, directement entre le vendeur et l’acheteur. On peut aussi voir dans la Blockchain un accès facilité à une preuve de nos achats. Vous cherchez à vous faire rembourser d’un site e-commerce mais vous ne retrouvez plus le mail de confirmation d’achat d’un produit ? Pas de soucis, car heureusement pour vous le site sur lequel vous avez fait votre achat utilise une Blockchain pour toutes ses transactions. Problème résolu, l’e-commerçant a pu avoir accès à cette donnée et ainsi prouver votre achat.

Autre problème dont la Blockchain apporte une solution : les fake reviews de produits. D’un côté nous avons des clients qui doutent de la véracité des avis laissés en ligne, et de l’autre nous avons les e-commerçants fatigués des stratégies malhonnêtes et abusives de certains de leurs concurrents qui les bombardent de faux avis négatifs. La solution à ce problème épineux ? Utiliser la Blockchain pour vérifier les avis donnés sur les marketplaces. Cela ne réglera pas le problème des fake reviews déjà postés, mais cela renforcera la légitimité des prochains, à l’image de la solution proposée par Zapit.

Pour un autre aspect, plus publicitaire et prometteur cette fois-ci nous pourrions voir une utilisation de la Blockchain pour rémunérer les utilisateurs qui postent, votent, créer et partager leurs contenus. Steemit est le parfait exemple ! Fonctionnant comme un réseau social, la plate-forme propose aux utilisateurs de se récompenser financièrement entre eux avec la crypto-monnaie du réseau, encourageant ainsi la création de contenus et l’alimentation de ces derniers. Pourquoi ne pas exporter ce principe et l’appliqué à un site e-commerce ? L’idée semble tout à fait faisable !

Une autre piste à explorer : la vérification des sites internet. Faisons un court crochet par la publicité : pour l’heure la Blockchain joue le rôle d’une technologie pionnière dans la vérification des sites pour les annonceurs. Prenez AdChain : AdChain est un protocole ouvert basé sur la Blockchain Ethereum qui dresse une liste de sites internet sécurisés pour les annonceurs. Cette liste est régie par le vote des possesseurs d’adTokens qui décident d’intégrer ou non, un site à la liste. Pour saisir pleinement ce système de vote je vous laisse prendre connaissance de l’article de Nicolas Francisoud, notre expert acquisition, sur l’utilisation de la Blockchain pour les annonceurs. L’AdChain pourrait-il ouvrir les prémices à un système similaire pour la vérification de sites e-commerce ? Une liste faisant office de review globale, infalsifiable, sur une multitude de sites internet.

Mais le plus grand changement dans le e-commerce par la Blockchain, pourrait bien être le paiement ! Shopify, une solution e-commerce, qui a séduit de nombreux sites e-commerce comme Tesla Motors, RedBull, ou encore GymShark et dont la force réside dans les 70 passerelles de paiement acceptées, dont les crypto-monnaies (Ripple, Bitcoin, Ethereum ou encore LiteCoin). Chacune de ces crypto-monnaies ayant sa propre Blockchain, le consommateur a, s’il le souhaite, un large choix de solutions de paiement. Pour l’e-commerçant, rien de plus simple, il lui suffit d’ajouter un module de paiement (comme le module proposé par CoinBase, qui est une plate-forme online d’achat/vente/stockage de crypto-monnaies) pour parfaire sa solution.  La blockchain permettant de payer sans passer par un intermédiaire, il y a un réel bénéfice pour le consommateur, et cela représente toujours une catégorie de potentiels utilisateurs à cibler.

 

Au vu de l’utilisation de la Blockchain par des groupes ayant des moyens colossaux notre première interrogation est de savoir si cette technologie a un intérêt rentable, autre que la fiabilité des produits dans le e-commerce. Et bien la réponse se trouve … dans notre imagination, tout simplement. Cette technologie a un potentiel, certes, énorme, et pour l’heure son utilisation reste « cantonnée » a une vérification des données, mais comme énoncé plus haut, la Blockchain peut avoir de multiples utilisations, avec une force et une efficacité nettement supérieure dans certains cas, que les dispositifs digitaux actuels.

Seul le temps nous montrera si le développement de cette technologie sera à la hauteur de ses promesses et surpassera ce que nous avons connu. Les grands titres de la presse, et l’emploi du terme « Révolution Blockchain » aura alors le crédit qu’il lui est, quelque peu réfuté.

Merci à Nicolas Francisoud pour ses indications sur les aspects plus techniques.

mots-clés :

, , , ,

, , , ,

, ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0

La Blockchain au service de l’e-commerce