DotCSS 2015 : retour vers le futur du CSS DotCSS 2015 : retour vers le futur du CSS

DotCSS 2015 : retour vers le futur du CSS

par ,
le 24 décembre 2015

0
0

Comme l’an passé, altima° était présent à la dotCSS qui s’est déroulée le 4 décembre 2015, entre dorures et velours, dans le somptueux Théâtre des Variétés à Paris. Retour sur les différents sujets évoqués lors de l’événement.

L’évolution de CSS

Depuis sa première version introduite au milieu des années 1990, il faut bien dire que les feuilles de style en cascade ont fortement évolué. On se souvient tous de l’époque où on utilisait des tableaux HTML pour faire des colonnes de même tailles, où l’on utilisait du Flash ou des GIF pour faire des animations…

Rachel Andrew, co-fondatrice de Perch CMS et auteur d’un livre dédié au module CSS3 Grid Layout

Cette époque est désormais loin derrière nous et c’est notamment ce qu’a souhaité nous montrer Rachel Andrew en présentant ce qu’il était possible de faire avec les modules Flexbox et Grid Layout. Voir la conférence [en]

Bien que pas encore totalement supporté par les navigateurs actuels (notamment à cause de la persistance des vieilles versions d’Internet Explorer), ces modules annoncent de beaux jours pour la liberté créative d’interfaces utilisateur responsive dans un futur plus ou moins proches.

Tom Giannattasio, fondateur de Macaw

De même, Tom Giannattasio est revenu sur les possibilités infinies de transformation et d’animation apparues dans le troisième niveau de CSS. Il nous a ainsi montré des modélisations 3D pour le moins impressionnantes ! Néanmoins, ce qu’il fallait retenir de sa conférence, c’est principalement que malgré la puissance de cette propriété, il était préférable de l’utiliser pour faire des choses géniales mais simples et rapides (dans le sens de la performance), et de préférer des solutions telles que WebGL pour de la vraie modélisation 3D.

Una Kravets, développeuse front-end et designer chez IBM Bluemix

Comme vous le savez peut-être également, CSS permet aujourd’hui de faire des choses que l’on ne pouvait faire auparavant qu’en utilisant des images. C’est le cas par exemple des coins arrondis, mais c’est également le cas désormais pour le principe de filtres que l’on retrouve par exemple dans le bien connu logiciel Photoshop. Ainsi, Una Kravets nous a présenté ce qu’il était possible de faire comme effets de filtre sur des photographies et dont vous pouvez retrouver un tas d’exemples sur son site CSSgram. De quoi laisser rêveur !

Les limites de CSS

Chris Eppstein, co-créateur de SASS et créateur de Compass

Malgré toutes ces très belles évolutions, le langage CSS reste un langage de développement archaïque et dont la perception qu’en ont les gens influent sur son évolution. C’est sur cette réflexion qu’est ainsi intervenu le co-créateur du pré-processeur SASS, Chris Eppstein.

Malgré ces limites, des développeurs tel que Chris ont su proposer des solutions alternatives permettant d’améliorer les process de développement. C’est aussi dans cette optique qu’Andrey Sitnik a créé Autoprefixer et PostCSS dont il nous a présenté le principes ainsi que quelques plugins.

Nous avons d’ailleurs eu le droit à l’intervention de Daniel Eden, ingénieur chez Dropbox, qui nous a présenté de manière totalement détendue un point de départ de l’optimisation : la quantification,  grâce à différents outils comme CLOC, ParkerCSS Stats et PostCSS.

Nous devons aller au-delà

La dotCSS accueillait également deux intervenants faisant parti (ou ayant fait parti) du groupe de travail sur le CSS au W3C, ce qui a permis de voir dans quelle mesure pouvait encore évoluer le langage.

Alan Stearns, co-président du groupe de travail sur le CSS

Alan Stearns a insisté sur le fait que les développeurs Front-End devaient être également responsables de l’évolution de CSS en parlant (articles de blog…), en signalant les problèmes qu’ils rencontrent (report de bug auprès des navigateurs…) et enfin en codant ! De ce dernier point est né le projet Houdini qui vise à dévoiler la blackbox qu’est le fonctionnement interne de CSS ce qui devrait permettre à n’importe quel développeur qui le souhaite de pouvoir participer activement à l’évolution du CSS.

Daniel Glazman, ancien co-président du groupe de travail sur le CSS

Pour conclure l’évènement, Daniel Glazman faisait en quelque sorte la synthèse de tout ça et confirmait qu’Houdini allait avoir une part importante dans la future évolution des CSS, notamment sur des sujets beaucoup plus sensibles que de nouvelles propriétés comme par exemple le painting, le scrolling… De même, le langage CSS devrait être implémenté dans un futur plus ou moins proche de fonctionnalités que seuls les pré et post processeurs pouvaient nous offrir jusqu’à présent.

Ainsi, le Web est en perpétuelle évolution, et le CSS en est un composant majeur qui devrait dans le futur se rapprocher d’un « vrai » langage de développement non plus dédié uniquement à la présentation mais également à la transformation des pages de l’Internet.

mots-clés :

, , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0

DotCSS 2015 : retour vers le futur du CSS