L’homme qui brûle met le feu au torchon L’homme qui brûle met le feu au torchon

L’homme qui brûle met le feu au torchon

par ,
le 1 décembre 2016

0
0

En plus de créer techniquement des plateformes e-commerce, altima° les designe. Une compétence qui demande un certain travail d’inspiration. Et question inspiration et création, s’il y a bien un lieu qui compte parmi les plus prolifiques et les plus décalés qui soit, c’est sans conteste le Burning man. On ne se contente pas d’assister à une projection ou à des conférences. Mais de vivre l’événement. D’y prendre vraiment part.

Après la 30e édition du Burning Man, j’ai pu lire dans la presse un article, qui me laisse perplexe quant à l’orientation de ce festival. N’est-il pas en passe de devenir une vulgaire fête d’étudiants qui aurait été frappée par le syndrome projet X ?

En effet, l’arrivé d’un nouveau genre de festivalier, pour qui l’argent semble être le maître mot dans un concept où il est censé être banni, pourrait bien bousculer l’image du festival. Au Burning Man, on favorise le troc dans un cadre où l’autosuffisance et la vie en communauté y sont les principaux precepts et cette démarche s’impose dans l’objectif de faire tomber les barrières sociales. Les festivaliers peuvent ainsi se couper  au maximum de leurs quotidiens pour une expérience singulière où la liberté physique et artistique est totale.

Du coup, avec ces nouveaux arrivant et cette mouvance qui semble gangréner le festival, je me demande si cette fantasmagorie, cette folie, cette énergie créative sera toujours aussi forte et perdurera.

Certes, la coquille reste belle et cela en vaut toujours la peine d’en prendre plein la rétine, mais elle n’en reste pas moins vide, si l’esprit qui la fait naître se meurt. C’est comme aller à la fête de la bière et boire du jus de goyave, la saveur n’est pas la même.

Il est même bien ironique de penser que l’homme qui brûle semble partir en fumée. Reste à espérer qu’un jour il renaîtra de ses cendres. Pourquoi pas dans le désert de Phoenix ce serait un joli clin d’œil !

Pour se consoler un peu, voici un petit florilège des merveilles qu’il était possible d’admirer lors de ce dernier cru.

Burning Man: Art on Fire

burningman2016-01

burningman2016-04
burningman2016-08
burningman2016-06
burningman2016-07
burningman2016-09
The art installation Pulse & Bloom is seen during the Burning Man 2014 "Caravansary" arts and music festival in the Black Rock Desert of Nevada

(1) http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/09/05/lutte-de-classes-a-burning-man_4992795_4832693.html

mots-clés :

, , , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
0

L’homme qui brûle met le feu au torchon