Une démarche mobile first pour l’emailing Une démarche mobile first pour l’emailing

Une démarche mobile first pour l’emailing

par ,
le 22 novembre 2017

0
1

Eric Schmidt (PDG de Google jusqu’en 2011) déclarait il y a quelques années « Il y a une consigne simple : quoi que vous fassiez, occupez-vous d’abord du mobile ». Si cette remarque pouvait être considérée comme visionnaire à l’époque, il est clair qu’aujourd’hui, l’approche mobile first est devenu indispensable.

Pourquoi le mobile first ?

En 2016[1], 50,7% des Français se connectaient chaque jour à Internet depuis leur mobile. On sait aussi que la moitié des internautes préfèrent consulter leurs emails sur ce device[2]. Les internautes deviennent alors des mobinautes. Par conséquent, il est essentiel que les newsletters soient pensées de façon optimale pour le mobile. Et c’est pour ces raisons que, chez altima°, nous appliquons une stratégie mobile first lors de la conception de nos emails.

Mais le mobile first en emailing, c’est quoi ?

Le mobile first n’est pas uniquement le fait de débuter la conception d’un email par sa version mobile. Cette une réflexion incitant à penser au mieux l’affichage mobile. Aussi, à la différence du responsive qui propose une version desktop et une version mobile, l’approche mobile first implique un mode de travail différent. Cette approche a pour but d’optimiser la lecture des emails sur tous les supports. L’email en mobile first est omnicanal : que ce soit sur mobile, ordinateur ou tablette, l’expérience est simplifiée et plus fluide.

L’adaptation d’un email aux différents devices – Animation par Baptiste Wenders

Qu’est-ce que cela implique ?

Quand on sait qu’un écran de smartphone compte 80% d’espace en moins qu’un écran d’ordinateur, on comprend qu’il devient nécessaire d’alléger le contenu, de le simplifier et de se focaliser sur l’essentiel. Sur mobile, on ne peut pas afficher autant d’éléments que sur un écran d’ordinateur. Il devient donc nécessaire de conserver les éléments qui comptent véritablement pour ne pas perdre l’utilisateur, simplifier sa lecture et son parcours de l’email.

Si la démarche mobile first n’est pas choisie dès la conception du projet, il y a fort à parier qu’au cours de la déclinaison de desktop à mobile, on se retrouve avec des textes trop longs, un message trop tardif, des compositions difficilement adaptables, des wording de CTA qui passent sur 2 lignes… En pensant mobile first, on peut réfléchir en amont à tous ces éléments. Les 3 mots d’ordre sont : « simplicité, rapidité, efficacité »…

Aussi, lors de la création d’un email en mobile first, il est important de se mettre dans la peau du mobinaute. Comme le rappelle Luke Wroblewski dans son guide Mobile First, « [sur mobile] pensons un œil et un pouce ». En effet, la lecture d’un email sur un smartphone se fait à une main et souvent dans des situations où l’attention du lecteur est réduite, où sa concentration peut être perturbée par des éléments extérieurs. En adaptant la structure et le message de l’email à cette contrainte, on va ainsi atteindre beaucoup plus facilement et rapidement le mobinaute.

Emailing « mobile first » pour San Marina

 

Et du côté technique ?

La réflexion sur l’intégration d’un e-mail en mobile first doit se faire sur une totale adaptation des différents blocs sur tous supports. C’est pourquoi il est nécessaire de sortir des méthodes d’intégration email traditionnelles.

Il existe plusieurs techniques d’intégration. La plus commune est de gérer tous les éléments en pourcentage et d’ajouter des conditions MSO afin de permettre un affichage optimal sur les webmails, les applications Microsoft et évidemment sur mobile.

L’intégration responsive classique via mediaqueries impliquait d’avoir certains blocs déclinés en 2 versions (1 desktop et 1 mobile), le mobile first propose une version unique pour chaque bloc, adapté en fonction de la largeur du device. Ceci nous offre beaucoup d’avantages tant sur l’aspect design que le développement et la phase de recette. Il est donc nécessaire que l’intégrateur et le design communiquent régulièrement afin d’éviter tout problème d’intégration de blocs ou d’adaptation sur mobile qui nécessiterait l’utilisation des mediaqueries. Une fois l’intégration mobile first terminée, il est toujours possible d’ajouter des ‘upgrades’ en mediaqueries (pour les devices qui les supportent) afin d’avoir une version de l’e-mail optimisée. (menu hamburger, blocs d’informations qui se déplie, sliders etc)

Cette approche mobile first représente l’avenir de la conception emailing. Aujourd’hui devenue essentielle, elle vous permettra de mieux toucher votre audience tout en boostant les performances de vos campagnes !

Merci à Marion Duvet, chef de projet CRM et Baptiste Wenders, Référent technique emailing Groupe, pour leur collaboration sur ce sujet 😉

 

[1] http://www.journaldunet.com/media/publishers/1173852-les-francais-sont-mobile-first/

[2] http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/67342/les-6-strategies-d-email-marketing-en-vogue-en-2017.shtml

mots-clés :

, , , ,

, , , ,

articles à lire ensuite...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos commentaires (1)

Je trouve que cet outil peut bien être efficace car l’email reste le canal préféré des internautes pour recevoir de l’information et que les outils portatifs où l’on peut consulter ses mails sont très en vogue de nos jours.

0
1

Une démarche mobile first pour l’emailing